Chabbat VAYE’HI

17-18 Tevet 5781 / 1-2 janvier 2021
Chabbat  VAYE’HI

ויחי(Genèse, 47.28 – 50.26)

Ephraïm et Ménaché

Béréchit, chapitre 47, verset 28 et chapitre 48, versets 8-9, 11, 13-14, 17-2 :  
כחוַיְחִי יַעֲקֹב בְּאֶרֶץ מִצְרַיִם, שְׁבַע עֶשְׂרֵה שָׁנָה; .וַיְהִי יְמֵי-יַעֲקֹב, שְׁנֵי חַיָּיו–שֶׁבַע שָׁנִים, וְאַרְבָּעִים וּמְאַת שָׁנָה
28 Yaacov vécut dans le pays d’Égypte dix sept ans ;les jours de Yaacov, les années de sa vie furent de cent quarante-sept ans.

ח וַיַּרְא יִשְׂרָאֵל, אֶת-בְּנֵי יוֹסֵף; וַיֹּאמֶר, מִי-אֵלֶּה. ט וַיֹּאמֶר יוֹסֵף, אֶל-אָבִיו, בָּנַי הֵם, אֲשֶׁר-נָתַן-לִי אֱלֹהִים בָּזֶה; וַיֹּאמַר, קָחֶם-נָא אֵלַי וַאֲבָרְכֵם

 8 Israël remarqua les enfants de Yossef et il dit: « Qui sont ceux-là ? « 
 9 Joseph répondit à son père: « Ce sont mes fils, que D.ieu m’a donnés ici. » Yaacov reprit: « Approche-les de moi, je te prie, que je les bénisse. »

יא וַיֹּאמֶר יִשְׂרָאֵל אֶל-יוֹסֵף, רְאֹה פָנֶיךָ לֹא פִלָּלְתִּי; וְהִנֵּה הֶרְאָה אֹתִי אֱלֹהִים, גַּם אֶת-זַרְעֶךָ
 11 Et Israël dit à Yossef : « Je ne comptais pas revoir ton visage ; et voici que D.ieu m’a fait voir jusqu’à ta postérité ».

יג וַיִּקַּח יוֹסֵף, אֶת-שְׁנֵיהֶם–אֶת-אֶפְרַיִם בִּימִינוֹ מִשְּׂמֹאל יִשְׂרָאֵל, וְאֶת-מְנַשֶּׁה בִשְׂמֹאלוֹ מִימִין יִשְׂרָאֵל.וַיַּגֵּשׁ, אֵלָיו 
יד וַיִּשְׁלַח יִשְׂרָאֵל אֶת-יְמִינוֹ וַיָּשֶׁת עַל-רֹאשׁ אֶפְרַיִם, וְהוּא הַצָּעִיר, וְאֶת-שְׂמֹאלוֹ, עַל-רֹאשׁ מְנַשֶּׁה:
 שִׂכֵּל, אֶת-יָדָיו, כִּי מְנַשֶּׁה, הַבְּכוֹר
13 Puis Joseph les prit tous deux, Éphraïm de la main droite, à gauche d’Israël et Menaché de la main gauche, à droite d’Israël ;
et il les fit avancer vers lui.
14 Israël étendit la main droite, l’imposa sur la tête d’Éphraïm, qui était le plus jeune et mit sa main gauche sur la tête de Menaché ;il croisa ses mains, quoique Menaché fut l’aîné.

יז וַיַּרְא יוֹסֵף, כִּי-יָשִׁית אָבִיו יַד-יְמִינוֹ עַל-רֹאשׁ אֶפְרַיִם–וַיֵּרַע בְּעֵינָיו;  וַיִּתְמֹךְ יַד-אָבִיו, לְהָסִיר אֹתָהּ מֵעַל רֹאשׁ-אֶפְרַיִם–עַל-רֹאשׁ מְנַשֶּׁה.יח וַיֹּאמֶר יוֹסֵף אֶל-אָבִיו, לֹא-כֵן אָבִי: כִּי-זֶה הַבְּכֹר, שִׂים יְמִינְךָ עַל-רֹאשׁוֹ
יט וַיְמָאֵן אָבִיו, וַיֹּאמֶר יָדַעְתִּי בְנִי יָדַעְתִּי–גַּם-הוּא יִהְיֶה-לְּעָם, וְגַם-הוּא יִגְדָּל; וְאוּלָם, אָחִיו הַקָּטֹן יִגְדַּל מִמֶּנּוּ, וְזַרְעוֹ, יִהְיֶה מְלֹא-הַגּוֹיִם.כ וַיְבָרְכֵם בַּיּוֹם הַהוּא, לֵאמוֹר, בְּךָ יְבָרֵךְ יִשְׂרָאֵל לֵאמֹר, יְשִׂמְךָ אֱלֹהִים כְּאֶפְרַיִם וְכִמְנַשֶּׁה;  וַיָּשֶׂם אֶת-אֶפְרַיִם, לִפְנֵי מְנַשֶּׁה.
17 Yossef remarqua que son père posait sa main droite sur la tête d’Éphraïm et cela lui déplut ;il souleva la main de son père pour la faire passer de la tête d’Éphraïm sur la tête de Menaché.18 Et il dit à son père: « Pas ainsi, mon père ! Puisque celui-ci est l’aîné, mets ta main droite sur sa tête. »19 Son père s’y refusa et dit: « Je le sais, mon fils, je le sais ; lui aussi deviendra un peuple et lui aussi sera grand ;mais son jeune frère sera plus grand que lui et sa postérité formera plusieurs nations. »20 Il les bénit alors et il dit : « Israël te nommera dans ses bénédictions, en disant : D.ieu te fasse devenir comme Éphraïm et Menaché ! »II plaça ainsi Éphraïm avant Menaché.

Le commentaire du Rabbin Joseph Ohayon…  

La dernière section du livre de Béréchit évoque le départ de ce monde de Yaacov, notre patriarche, et de ses enfants. Le début de cette section aborde la bénédiction que prononce le patriarche en faveur des enfants de Joseph, Ménaché et Ephraïm.
Le verset 20 du chapitre 48 précise que « Israël te nommera dans ses bénédictions en disant : l’Eternel te fasse devenir comme Ephraïm et Ménaché ».Il est intéressant de relever que cette bénédiction est prononcée tous les vendredis soir par les parents pour bénir les enfants. On peut poser alors la question suivante : Pourquoi le peuple d’Israël est-il béni à travers Ephraïm et Ménaché et pas à travers les enfants de Yaacov ?
Nos sages répondent que cette bénédiction devait être transmise à travers l’exemple et le comportement de Ephraïm et de Ménaché. En effet, c’est Ménaché qui était l’aîné des deux. Malgré tout, Yaacov accorde la priorité à Ephraïm. Cependant, Ménaché n’a éprouvé aucune jalousie envers son frère. De même, Ephraïm n’a pas ressenti un quelconque orgueil.
C’est un exemple important à suivre. La bénédiction se répand lorsque les personnes sont unies et ne ressentent ni orgueil, ni jalousie envers leurs semblables.

Chabbat Chalom !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.